10 trucs pour oser prendre la parole

Si pour vous, prendre la parole est une épreuve, si bafouillage, trous de mémoire et trac sont vos compagnons quotidiens, découvrez nos conseils pour dépasser vos peurs, conserver votre confiance en vous et vous exprimer de manière fluide.

1.     Préparez toute prise de parole

Aucune personne, même bien entraînée, ne prend la parole sans préparation. C’est une étape importante à ne pas sous-estimer. Elle permet de fixer votre stratégie, de lister les messages ou arguments à apporter, d’envisager les objections et évite l’angoisse d’un oubli.

2.     Sachez à qui vous avez affaire

Qui est votre interlocuteur ou quel est votre auditoire ? Quelles sont ses, ou leurs, attentes ? Selon vos réponses, il vous sera plus facile de cerner la stratégie à adopter et vous préparer mentalement.

3.     Définissez l’objectif de votre prise de parole

Gardez en ligne de mire le résultat à obtenir. S’agit-il de donner des informations ? D’émettre une demande ? D’obtenir un accord ? Une fois votre objectif en tête, les arguments viendront plus aisément.

4.     Pratiquez la visualisation positive

Cette technique, utilisée par les sportifs de haut niveau, agit comme un filtre. Imaginez-vous ans la pièce et visualisez-vous pendant votre présentation, de l’introduction jusqu’aux salutations : vous êtes souriant(e), votre discours est clair et les échanges constructifs. Si possible, pratiquez cette visualisation pendant les quinze jours précédant la prise de parole.

5.     Respirez

Deux ou trois séries d’inspirations suivies d’expirations profondes (avec des « F » appuyés) vous donneront l’énergie suffisante pour vaincre le trac.

6.     Restez centré(e)

Stable, en appui sur vos jambes ou assis(e) bien droit(e) sur votre chaise, ancrez vos pieds dans le sol

7.     Regardez votre (vos) interlocuteur(s)

Le regard permet de maintenir l’attention de l’autre et de capter ses réactions. Face à un large public, regardez tout le monde et évitez de « balayer » l’assemblée d’un regard mécanique.

8.     Jouez avec votre voix

Variez son volume (ni trop fort, ni trop faible), dosez son timbre (ni trop aigu, ni trop grave), fluidifiez le débit (ni trop rapide, ni trop lent).

9.     Vérifiez que vous êtes compris(e)

Inutile d’asséner le message d’un seul coup, mieux vaut jouer avec les silences (ils laissent le temps à l’auditeur d’assimiler ce qu’il entend) ou poser une question pour relancer le dialogue.

10.N’hésitez pas à exprimer votre gêne

Cette démarche prouve votre sincérité et votre interlocuteur remarquera positivement vos efforts pour prendre la parole.