7 clés pour tirer bénéfice d’une formation en présentiel

Suivre une formation en présentiel est l’occasion de découvrir d’autres horizons. Mais comment optimiser le bénéfice de votre participation avant, pendant et après ?

Formation en présentiel : quels enjeux pour quels bénéfices ?

« Cette formation en présentiel, vous l’attendiez. Elle est programmée, vous allez la vivre dans quelques jours. Avant le jour « J », vous l’imaginez comme une parenthèse enchantée, elle vous inspire. Quel plaisir d’apprendre ainsi ! Pendant. Après. Que va-t-il se passer ? Suivre un stage permet de découvrir une foule d’astuces, d’outils, de techniques éprouvées » explique Céline Conte, formatrice et psychologue du travail. « Mais de retour au bureau, le désir de les intégrer risque de s’évaporer comme neige au soleil : trop d’obstacles à surmonter, manque de temps, pas assez d’autonomie… Quelles précautions prendre pour pérenniser et démultiplier les bénéfices de vos nouveaux savoirs ? »

Découvrez, avec Céline Conte, sept habitudes pour prolonger l’effet formation au-delà de votre imagination.

1. En amont, notez vos objectifs

« Quels sont vos attentes ? » vous demandera votre consultant au début de toute formation en présentiel. « Sont-elles satisfaites ? » entendrez-vous à la fin. Ainsi, en amont, quelques questions méritent réflexion : quels sont vos objectifs ? Quelle valeur ajoutée recherche votre responsable ? Une fois ces points clarifiés, veillez à bien lire le programme et les documents envoyés au préalable. Effectuer un test d’autodiagnostic, lire certains contenus vous mettront en appétit. Il ne vous restera plus qu’à rédiger votre message (interne) d’absence du bureau. « Je suis en formation. Quelle chance pour moi ! Gardez espoir, ça sera bientôt votre tour ».

2. Le jour d’une formation en présentiel, concentrez-vous

formation en présentiel : prenez des notesInteractivité. Expérimentation. Tels sont les crédos des stages pour adultes. Attendez-vous à être très sollicité(e) ! Mais vous n’avez pas forcément l’habitude de vivre un parcours d’apprentissage toute une journée. Le secret pour réussir : restez toujours actif. Bien sûr, des supports de cours vous seront fournis. Mais prendre des notes personnelles booste l’assimilation.

Si des soucis vous tracassent, notez-les sur une feuille à part. Vous les réglerez à la pause. Votre priorité : profiter de ce moment privilégié pour rehausser d’un cran ou deux vos compétences. Et enfin, si jamais vous osez, éteignez complètement votre téléphone portable. Il parait que la détox digitale aide le cerveau à respirer.

3. Impliquez-vous pleinement dans les mises en situation

Certains stagiaires redoutent les jeux de rôles. Pas facile de simuler une situation fictive. Pourtant, jouer le jeu paye toujours ! Le must : capter les remarques constructives des autres sur sa prestation. Un feed-back précis vous livrera clairement vos axes de progression. Le cadre protecteur et bienveillant des stages permet de se lancer en toute sécurité. Même pas peur de jouer !

4. Exprimez toutes vos interrogations

Quand de nombreuses découvertes s’enchaînent, les intégrer ne va pas de soi. Profitez du socle de confidentialité pour formuler toutes les questions qui vous taraudent. Dire « je ne comprends pas » sert souvent à tout le groupe et renforce de surcroît votre assertivité.  Votre consultant est certifié pour intervenir sur sa thématique. Son job : vous super-satisfaire ! Les participants aussi apportent des points de vue utiles. La dynamique de groupe instaurée génère automatiquement un climat d’entraide.  Laissez l’intelligence collective agir. Vous serez surpris.

5. Partagez vos expériences sans modération

Chaque stage comprend un atelier destiné à verbaliser vos pratiques en lien avec la thématique. C’est l’occasion rêvée de prendre du recul. Mais aussi de devenir conscient de ses talents professionnels. Englué dans sa propre routine, on sous-estime parfois l’efficacité de ses réalisations. Le grand atout des stages inter-entreprises : côtoyer des pairs venus d’autres structures. Une opportunité rare de partager de bonnes pratiques. Le sage n’est-il pas celui qui apprend de chacun ?

6. Dès la fin du stage, « carte- mentalisez » vos pistes d’action

La carte mentale fixe les mots-clés et facilite la mémorisation. Elle synthétise et rend visuelles l’ensemble des notions abordées. Son atout : refléter la façon dont sont organisées les informations dans le cerveau.  Des outils en ligne gratuits proposent de superbes modèles. Le jour où l’on souhaite revoir le contenu, toutes les informations clés apparaissent d’un coup d’œil. C’est évident, revoir les points essentiels de temps en temps aide à les ancrer durablement. Certains prétendent que les piqures de rappel sont moins douloureuses sous forme de carte mentale. À tester.

7. Transmettez à votre tour avec passion

Sur l’évaluation de la formation, vous aurez à rédiger les actions que vous envisagez de mettre en œuvre. En les appliquant dès le lendemain, vous ouvrirez la voie, donnerez envie. « Waouh, comment as-tu réalisé ce tableau de bord ? Et qui t’a appris à faire ce graphique en cascade ? »

Qui vous empêche d’endosser la casquette de formateur occasionnel en interne et d’organiser une formation en présentiel ? Le meilleur moyen d’apprendre, c’est d’enseigner !  Votre enthousiasme vaincra les traditionnelles résistances au changement. Vous deviendrez une personne « ressource » et récolterez la reconnaissance des pairs et de la hiérarchie. Plus que jamais, les entreprises ont besoin d’insuffler des approches innovantes pour doper leur compétitivité. Faites rayonner vos compétences en éclairant votre équipe : vous réussirez à créer l’effet boule de neige. ¤

A propos de Céline Conte

Céline Conte intervient auprès de salariés sur des thématiques liées à l’écriture professionnelle et la gestion du temps. Elle est spécialisée en psychologie du travail, notamment dans sa dimension interculturelle.