AZERTY -> Touche pas à mon clavier !?

L’information a fait sensation et les commentaires ont fusé de partout : d’ici la fin de l’été, l’AFNOR va proposer une normalisation des claviers informatiques pour limiter les fautes de français. Passé l’effet de surprise, l’info et l’intox, faut-il s’inquiéter de cette nouveauté ?

L’intox : les futurs claviers normalisés vont éviter les fautes d’orthographe.

Si seulement ! Mais ici, personne n’est dupe et seules quelques fautes pourront effectivement être évitées. Comme l’absence d’accent sur les majuscules (« À, É, etc.) que les assistantes savent déjà déjouer sous Pack Office grâce au raccourci clavier [Maj][F3]*.

Maintenant, hormis les majuscules accentuées, le problème reste entier pour les deux ligatures du français que sont les [æ] (e dans l’a) et [œ] (e dans l’o) et leurs équivalents en majuscules [Æ] et [Œ]. Et là encore, seules les plus habiles savent chercher ces lettres combinées dans l’outil Symboles.

Quant aux fautes (pures et dures) de français et d’orthographe, le rêve du clavier assez habile pour les éviter reste, bien entendu, une utopie. Mais de bons logiciels didactiques ou cours en ligne peuvent, en revanche, contribuer à l’apprentissage des règles en tout genre.

L’info : mais dans ce cas, pourquoi décider de réfléchir à une normalisation française des claviers ?

Parce qu’elle devrait, à terme, faciliter la saisie des mots par toute personne non rompue à la saisie à l’aveugle ! Pour mémoire, l’emplacement des lettres évitait les risques de blocage des marteaux de frappe des machines à écrire mécaniques.

Maintenant, l’AFNOR va-t-elle toucher à l’ordonnancement des lettres disposées selon la norme AZERTY ? Impossible de le savoir, mais probablement pas.

En revanche, une réflexion s’impose sur le placement des lettres « acrobatiques » les plus utilisées comme l’arobase (@), l’euro (€) ou les « a » et « e » accentués. Avouez que, pour un non-initié, ces touches sont difficiles à trouver et à utiliser.

Autre difficulté : les différences observées d’un clavier à l’autre. Si dans vos missions, vous devez changer de PC au cours d’une même journée, la distance entre les lettres et l’emplacement de certaines touchent diffèrent parfois. Ce qui vous oblige à corriger votre saisie et, avouez-le, vous agace profondément.

Le décryptage : faut-il s’inquiéter ?

Selon le Repère « Vers une norme française pour les claviers informatiques » émise par la délégation générale à la langue française et aux langues de France », « ce projet de norme, qui sera étudié au sein de la Commission de normalisation dédiée aux « interfaces utilisateurs », fera ensuite l’objet d’une enquête publique le plus large possible. Une fois la norme adoptée, celle-ci sera sans caractère obligatoire ».

« Cependant, la conformité des matériels à cette norme pourra être exigée dans le cadre des marchés publics de l’administration. Ce qui aura un effet incitatif sur la demande avec des répercussions positives sur l’offre des fabricants de claviers sur le marché français ».

En résumé, l’obligation ou pas, peu à peu tous les PC seront identiques. Faut-il s’inquiéter de cette révolution ? Passés quelques tâtonnements, vos doigts trouveront très vite de nouveaux repères et revenir en arrière exigera de réfléchir. 

 

* Sélectionnez la lettre minuscule accentuée, enfoncez la touche [Maj] et, sans la relâcher, appuyez sur la touche de fonction [F3]. Ou bien, sélectionnez la lettre minuscule accentuée et utilisez l’icône Aa (Modifier la case) présente sur le Ruban (dans le groupe Police).

© kelly marken