Court ou long, votre CV masque l’essentiel : vos rattrapages en plein vol !

Est-ce pour satisfaire au mythe de Cendrillon que les CV des assistantes expérimentées développent l’ensemble de leurs savoir-faire ? Ici et là, bla, bla, bla… STOP ! Court ou long, un CV détaillé raconte une histoire déjà connue. Or, le recruteur cherche, pour sa part, une personne capable de le seconder. Nuance, souligne Corinne Samama, créateur du cabinet RÉSONANCE Coaching.

En finir avec la croyance : une assistante sait tout faire

Coach de dirigeants et de responsables, Corinne Samama connaît bien leurs attentes en matière d’assistanat.

« Quand un responsable me parle de son assistante, ses compétences techniques et les savoir-faire qu’elle maîtrise sont rarement évoqués. Tout juste vais-je découvrir qu’elle est fâchée avec les chiffres, mais sans ressentir de la part de mon interlocuteur une quelconque amertume, ni une once de reproches. En vérité, j’entends peu de critiques à leur égard sur leurs compétences mais plutôt sur leur savoir-être».

« Aux yeux des dirigeants », ajoute-t-elle, « une assistante prend des initiatives, est à son écoute, sait être là au bon moment et au bon endroit. Parfois, elle peut même être là où il ne l’attend pas, mais toujours à bon escient ».

« Ainsi, et face au postulat : « les savoir-être priment sur les savoir-faire« , je défie quiconque de trouver les qualités d’un/e assistant/e dans un CV proche d’un inventaire à la Prévert » ajoute Corinne Samama.

Oublier Cendrillon et rédiger un CV de Princesse

Si, dans le Littré, « un assistant seconde et parfois remplace une personnalité religieuse », le CNRTL* définit l’assistant comme « une personne qui aide quelqu’un dans l’exercice de ses fonctions en se tenant auprès de lui ».

« Au cœur des entreprises, et au sein des directions, la définition du CNRTL correspond à la réalité » confirme Corinne Samama. Mais, si cette affirmation se vérifie sur le terrain, elle disparaît comme par magie des CV des personnes concernées. Difficile, dans ce cas, d’imaginer les non-dits, puisque tout est savamment caché derrière des mots sans âme.

« Pour capter l’attention d’un dirigeant ou d’un recruteur, une courte présentation de son rôle au sein de chaque organisation est préférable à une liste à puces », conseille Corinne Samama. « Et comme les compétences recherchées sont l’écoute, la souplesse, la flexibilité et la capacité à anticiper les problèmes, ces savoir-être doivent être mis en avant ».

Assister est le synonyme de seconder. Dès lors, précise  Corinne Samama « le CV idéal décrit des missions, des réussites, des challenges, mais surtout rassure le lecteur en suscitant le sentiment que le candidat sait gérer les situations complexes avec calme et sérénité. Qu’à ses côtés, un dirigeant peut traiter ses propres affaires sans avoir à se préoccuper des aléas du quotidien ». C’est en lisant ce qu’il attend qu’un recruteur est séduit.

Ni Cendrillon, ni Princesse. Vous, tout simplement

Votre CV ressemble à l’inventaire de Prévert ?

Corinne Samama vous invite à répondre aux questions : « qui suis-je » ? « Qu’est-ce que j’aime faire » ? Et : « quelle mission puis-je décrire pour communiquer le plaisir ressenti lors de mes expériences passées » ?

Pour rédiger des paragraphes percutants : « réalisez un travail sur vous, dégagez vos points forts et rapprochez-les de ce que vous pourrez apporter à l’entreprise qui recrute ».

Enfin, dernier conseil : « illustrez vos propos à l’aide d’exemples courts et factuels, mais vivants et rassurants ». Court ou long, votre CV doit dévoiler votre personnalité et le plaisir que vous ressentez quand vous exercez votre métier ».

* Centre national de ressources textuelles et lexicales

© Sergey Nivens – Fotolia.com