Évolution de carrière : qu’est-ce qui vous freine ?

Alors qu’en Europe et en France l’environnement de travail est très diversifié, certains salariés connaissent une meilleure évolution de carrière que d’autres. Découvrez, avec ADP, les facteurs qui empêchent les salariés d’avancer.

Premier frein à l’Évolution de carrière : l’âge

Tout âge et tout pays confondu, une personne sur cinq interrogées déclare que son âge est le principal frein à son évolution de carrière.

Quand on affine l’analyse, ce chiffre augmente avec l’âge. Ainsi, 28 % des personnes nées entre 1973 et 1963 ans, et 51 % des plus de 55 ans estiment que leur âge est un frein.

Si l’âge constitue un frein à l’évolution de carrière, il est considéré comme discriminant par 10 % des personnes interrogées. Suivent le genre (8 %), l’origine (5 %) et l’éducation (5 %).

Toujours pour l’âge, 21 % des hommes considèrent que c’est un obstacle majeur (versus 14 % des femmes).

Deuxième frein : le manque d’opportunité avec l’employeur actuel

9 % des personnes interrogées citent le manque d’opportunité au sein de leur entreprise comme raison de leur problème d’évolution.

Autre observation, près d’une personne interrogée sur cinq (18 %) affirme souffrir de stress tous les jours. De même, trois sur dix (30 %) se sentent tellement stressées qu’elles envisagent de changer d’emploi. Enfin, plus d’une personne interrogée sur dix (14 %) pense que son entreprise ne s’intéresse pas du tout à son bien-être mental.

Néanmoins, le nombre de salariés qui envisagent de se mettre à son compte diminue (60 % versus 68 % en 2016) ainsi que le nombre de personnes prêtes à franchir le pas (8 % au lieu de 7 %).

evolution de carriere frein obligations familialesTroisièmes freins ex æquo : les obligations familiales et le favoritisme

En France les barrières pour évoluer sont, pour 7 % des personnes interrogées, en lien avec leurs obligations familiales. De même, 32 % expriment le vœu de rester près de leur famille ou de leurs amis.

Sans surprises, 9 % des femmes nomment les obligations familiales comme un frein (versus 6 % d’hommes).

Enfin, 7 % des salariés français citent le favoritisme comme frein à l’évolution (versus 15 % en Italie).■


Pour plus d’informations, découvrez l’étude complète en français « The Workforce View in Europe 2018 »

10 freins evolution de carriere - activ assistante

The Workforce View in Europe en quelques mots…

The Workforce View in Europe in 2018 explore le sentiment des collaborateurs vis-à-vis de l’avenir du travail. Les résultats proposent des informations importantes sur des problématiques stratégiques telles que l’optimisme et la rétention des salariés, les compétences et l’évolution de carrière, les défis de productivité, la technologie et l’automatisation, le bien-être et la discrimination.

Etude menée par Opinion Matters, une agence indépendante, pour le compte d’ADP, durant l’été 2017. Échantillon : 9 908 adultes actifs dans huit pays européens : Allemagne, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni et Suisse. Résultats publiés le 28 mai 2018