Faut-il supprimer la fête des assistantes ?

Chaque 3e jeudi du mois d’avril, une journée mondiale fête les assistantes et secrétaires. Lors du sondage mené par Activ’Assistante en amont du 20 avril dernier, et dans la boite mails redaction@activassistante.com, des assistantes s’étonnent et proposent d’abolir cette tradition.


1 enquête, 1075 participant(e)s et 2 personnes étonnées…

« Je n’ai pas de goût pour ce genre de manifestation. Tout métier ou poste occupé a son importance. Pourquoi en mettre un en avant parmi les autres, surtout quand ce n’est pas un métier qui sauve une vie ? », précise Anne lors du sondage mené en amont de la Fête des Assistantes 2017.

Pour sa part, Hélène B. indique dans un mail « Sincèrement, je pense que cette fête est un peu “old fashioned” et dessert plus les assistantes qu’elle ne les valorise, le monde évolue… Pourquoi n’existe-t-il pas une fête des patrons, une fête des ingénieurs, etc. Nous sommes loin de la parité ! Je souhaitais vous donner mon point de vue, et ne suis pas la seule à penser qu’il faudrait abolir ce rendez-vous annuel désuet ».

Alors, faut-il supprimer la Fête des Assistant(e)s ? Si de nombreuses journées mondiales mettent à l’honneur de nobles professions (pompiers, infirmières, casques bleus…), celle des assistant(e)s et secrétaires salue, en France, la 2e profession après les artisans. Et pourtant, si seulement 2 % des entreprises* saluent cette journée, 26 % des assistantes reçoivent et apprécient ce jour-là qu’on leur dise « bonne fête ».


Un jour de fête et des « jours sans », longs comme un jour sans fin…

C’est un fait, dans leurs tâches et missions, peu d’assistant(e)s et secrétaires sauvent des vies.

Néanmoins, les membres de la profession sont le maillon fort des entreprises. D’ailleurs, celles qui se passent de leur service l’apprennent souvent à leurs dépens. Sans assistant(e) ou secrétaire, qui s’acquitte des tâches et missions que personne ne veut ou n’a le temps de réaliser ?

Alors, faut-il supprimer la Fête des Assistant(e)s ? Consultez en ligne, le dossier « Êtes-vous sûr(e) de connaître le rôle de votre assistant(e) » et découvrez un panel d’incroyables missions réalisées au cours de ces trois derniers mois ! Plusieurs méritent le détour. Au passage, remarquez qu’il est temps de leur permettre de monter en compétences. Seulement 44 % des assistantes ont été reçues en entretien professionnel pour évoquer leurs besoins de formation !


Des films, des articles et des sketchs qui écorchent la profession !

Ah les clichés ont la vie dure ! Dans les médias, quatre profils dominent…

  • La jolie assistant(e) travailleuse, mais sotte (Les petits meurtres d’Agatha Christie).
  • La secrétaire amourachée de son patron (Populaire).
  • L’assistante de direction d’âge mûr un brin revêche (très souvent malmenée dans les livres…).
  • Les assistantes bécasses qui jacassent (Liliane et Catherine).

L’exception qui confirme la règle ? Pepper Potts… ! Efficace, elle ressemble à la majorité des assistantes d’aujourd’hui.

Qu’en est-il dans les médias ? Souvenez-vous : un reportage du 24 avril 2016 diffusé sur France 2 a décrit le quotidien de plusieurs assistantes personnelles de dirigeants d’entreprises du CAC40. Pour mémoire, Activ’Assistante avait été sollicité pour trouver des témoins. Au départ l’angle donné visait les assistantes de direction et la complexité de leurs missions. Les profils approchés estimés trop classiques, le spectaculaire a finalement été choisi.

Bilan, le reportage laisse supposer que l’on peut gagner 80 k€ par an « juste » :

  • en bougeant des informations sur un agenda ;
  • en saisissant des comptes rendus confidentiels ;
  • et en connaissant le code secret de la carte bancaire privée de son « patron ».

Rien sur les compétences multiples à hautes valeurs ajoutées déployées 15 heures par jour : la nécessité de communiquer dans plusieurs langues d’un instant à l’autre ou de connaître à l’instant T les détails de dossiers complexes. Le spectaculaire l’a emporté sur l’information.

Alors, faut-il supprimer la Fête des Assistant(e)s ? Non ! Car, à force d’être malmenées à la ville comme à l’écran, beaucoup d’assistant(e)s et secrétaires affirment avoir du mal à répondre à la question « quel est votre métier » ?

Un jour par an, la Fête des Assistantes est l’occasion de lever le voile sur un métier en forte évolution pour en finir avec les clichés ! Abolir cette journée ne laisserait la parole qu’à ceux qui enfoncent le clou, encore et toujours.


Maintenant… rassurez-vous, le plus beau cadeau offert ce jour-là est un simple un sincère et sympathique « bonne fête » !