Galette des Rois, Saturnales et Carnavals : un roi peut en cacher un autre

Partagée le 1er dimanche qui suit le 1er janvier et les jours environnants, la Galette des Rois est aujourd’hui associée à l’Épiphanie. Mais d’où vient cette tradition et comment l’expliquer à vos contacts étrangers curieux d’en savoir plus ?

Galette, couronne ou brioche ?

« Dans son Histoire de la Vie privée des François (1782), le Grand d’Aussy indique qu’il s’agit de gâteaux feuilletés (gasteaux feuillés) évoqués par Robert, évêque d’Amiens, dans une charte datée de 1311 », explique Nadine Cretin, experte en anthropologie religieuse et historienne des fêtes.

Mais si le mot Galette (de galet en raison de sa forme plate) s’est imposé en France, quelques régions partagent d’autres pâtisseries gourmandes en début d’année ! En Provence, en Languedoc et en Aquitaine il peut s’agir du gâteau des Rois, à l’eau de fleur d’oranger, en forme de couronne ornée de fruits confits, appelée aussi Royaume ou brioche des Rois. Quant à la galette feuilletée, elle est généralement fourrée de frangipane et celui qui trouve la fève porte-bonheur cachée dans la pâtisserie devient « roi ».

« Au XVIe siècle, à la cour d’Henri III, cette pâtisserie des Rois se nommait gorenflot, d’après le nom du moine qui l’avait inventée. Sorte de kugelhof alsacien, le gorenflot était fabriqué dans un moule octogonal pour sept convives et on réservait la huitième part pour les pauvres, la part à Dieu ».

galette des roisDe la fève au roi

« La nomination d’un roi éphémère à l’aube d’une nouvelle année évoque la coutume lointaine des Saturnales des anciens Romains et celle de nos modernes Carnavals (précédant le printemps) où un roi de carton-pâte finit dans les flammes » ajoute Nadine Cretin. « Ce roi n’a rien à voir avec les Mages de l’évangile de saint Mathieu ».

Toutefois, « l’une des premières mentions d’une fève pour l’élection d’un roi se trouve dans un livre liturgique du Mont-Saint-Michel du début du siècle. Au Moyen-âge, le Gâteau des Rois était coupé contre la poitrine et un enfant caché sous la table désignait le destinataire de la part en réponse à la question : Phoebe Domine, pour qui ? Le Grand d’Aussy rapprochait cette question à l’oracle d’Apollon et à l’appellation du soleil Phoebus, mais elle semble en réalité la simple déformation de fabae, les fèves ».

Par tradition, le Roi du jour désigne sa reine (ou inversement quand une femme gagne la fève) ? « Dans le Nord de la France, dès le XVIe siècle, l’usage des billets des rois tirés dans une corbeille s’est développé. Il permet d’attribuer à chaque convive le rôle d’un personnage de cour (roi, fou, écuyer…) ». Une tradition à remettre au goût du jour dans votre entreprise ? Pourquoi pas !

Et puisque la Galette des Rois est une tradition multiculturelle, vive les ROIS et les REINES éphémères !

 

Fêtes de la table et traditions alimentaires (Le Pérégrinateur, avril 2015)

Tous les livres de Nadine Cretin