Graphologie et recrutement, la fin d’un sujet tabou ?

Exception à la française, la graphologie est un outil d’aide à la décision parfois utilisé lors des recrutements de dirigeants, cadres et assistantes. Conduite par un professionnel, expert auprès des tribunaux et détenteur d’un certificat de fin d’études délivré par la Société Française de Graphologie, elle reste pourtant un sujet tabou.

La principale motivation des recruteurs : découvrir comment fonctionne le candidat

DRH au sein d’un ordre professionnel, Élisabeth Mazzocchi utilise les services d’une graphologue pour tous les recrutements, y compris ceux des assistantes. « Selon le poste à pourvoir, le rapport rédigé peut être simple (points forts, points faibles et conclusion) ou approfondi (implication, dynamisme, personnalité). Il m’aide à percevoir le mode de fonctionnement du candidat. Par exemple, est-il analytique ou non ? Mais lorsque le graphologue perçoit des traits personnels, comme une fragilité émotionnelle, je ne souhaite pas en être informée. Seules les informations liées au poste m’intéressent ».

Régulièrement sollicitée par des cabinets de recrutement pour préparer les candidats aux entretiens d’embauche, Élisabeth Durand-Mirtain, Consultante, ajoute : « L’avis du graphologue est un appui afin de prendre une décision et inviter le recruteur à complémenter ses investigations pour se faire sa propre opinion.

Pour mener à bien l’étude, le graphologue utilise trois documents : la lettre de motivation manuscrite du candidat, les notes prises lors de l’entretien et la fiche de poste afin de confronter l’analyse aux exigences de l’emploi à occuper. »

Quels sont les éléments mis en avant lors d’une analyse graphologique ?

Martine Domont, Conseil en ressources humaines, Expert en écriture auprès de la Cour d’Appel de Paris, vous en explique le fonctionnement.

« Le graphologue doit faire attention à bien cadrer son analyse en fonction du poste à pouvoir. S’il s’agit d’un commercial par exemple, il convient de développer entre autre la capacité à négocier, la combativité, la pugnacité, la capacité à faire passer un message, à représenter convenablement l’image de l’entreprise… »

« S’il s’agit d’une secrétaire, on va développer le sens de l’organisation, le sens du service, la capacité à apporter des solutions concrètes, le sens de la confidentialité, le respect des délais, l’esprit d’équipe… »

Les analyses graphologiques sont développées sous 3 angles

LES APTITUDES INTELLECTUELLES : créativité, rigueur rationnelle, intuition, imagination concrète, aisance dans l’abstraction, sens de la synthèse, logique du raisonnement…

LE DYNAMISME : ambition, motivation, puissance de travail, ténacité dans l’action, sens de la décision, organisation, capacité à établir des priorités, réactivité, l’autonomie…

LES CONTACTS, LA SOCIABILITÉ : aisance relationnelle, esprit d’équipe, style de management : consensuel, directif, par objectifs…

Pourquoi les entreprises font-elles appel à un graphologue ?

« Probablement parce qu’elles ressentent le besoin de verrouiller leur recrutement et, surtout, de déceler si un élément de personnalité leur a échappé lors des entretiens qu’elles ont eu avec les candidats » précise Martine Domont.

« Tout ne se voit pas d’emblée lorsqu’on rencontre une personne : certaines sont transparentes, d’autres donnent très bien le change et le comportement adopté n’est pas conforme à leur vraie personnalité.

Les chasseurs de tête et les cabinets d’out-placement nous sollicitent pour les postes de cadres dirigeants, car ce sont des recrutements qui coûtent cher aux entreprises s’ils sont ratés. Les consultants doivent aussi recommencer (à titre gracieux) leur recrutement s’ils ont fait une erreur. Les enjeux sont donc importants et ils ont donc envie de verrouiller le plus possible. Ces analyses font l’objet d’une restitution orale avec le candidat et son consultant (c’est un entretien tripartite).

Les entreprises nous sollicitent, quant à elles, pour tout type de poste car l’analyse graphologique permet de diminuer le turn-over. Elle aide également le manager qui recrute à mieux comprendre la personnalité de celui qu’il recrute et de l’accompagner au mieux dans son intégration. C’est aussi un outil de management.

Dans tous les cas, une analyse graphologique complète les résultats des tests et permet d’approfondir certains points qui n’apparaissent pas dans les questions types. Personnellement, j’explique toujours dans mes rapports ce que je dis de la personnalité du candidat à partir de son écriture, de mes connaissances en psychologie et de ma culture d’entreprise. »

trait gris

Découvrez le dossier Carrière paru sur le magazine Activ’Assistante de juin 2016

Entretien de recrutement, découvrez le dossier "Parfois ça passe, parfois ça casse"

trait gris

© Sergey Nivens