Le télétravail et la grève des trains, ou pas

Le télétravail vous attire ? Alors que la grève perlée des trains se poursuit, dans quel état d’esprit sont les directeurs généraux et les DAF vis-à-vis du télétravail ? Et combien de salariés sont attirés par le travail à distance ? Le moment est peut-être venu d’envisager une négociation auprès de votre direction.

Un responsable sur trois favorable au télétravail

Parmi les cadres sondés par Robert Half lors d’une enquête récente* 31% des DG et DAF voient d’un bon œil le télétravail et le travail flexible.

Un an plus tôt, ils n’étaient que 11% à s’exprimer en faveur du travail à distance.

Mais combien seraient-ils si la même question leur était posée après un mois de grève des trains et à l’aube de leur maintien pour un mois ou deux ? Deux fois plus ? Probablement.

Le télétravail attire trois salariés sur cinq

Selon Madame la Ministre du travail « 61% des salariés français aimeraient pouvoir télétravailler ».

Pour Robert Half, « le télétravail est un système gagnant-gagnant. Il permet de mieux concilier vie privée et vie professionnelle, de réduire les temps de transport, le stress et la fatigue. Ce qui, au final, accroît l’efficacité au travail. Cependant, l’entreprise doit affirmer une politique claire de télétravail et les responsables RH doivent accompagner sa mise en place ».

Le télétravail en Europe : quelques chiffres

L’Union Européenne affiche, quant à elle, un taux moyen de 20 % de télétravailleurs. Le télétravail est en revanche plus courant dans les pays d’Europe du Nord.  Il est ainsi à 32 % en Finlande vs 5 % en Italie et 8 % en France – chiffres de 2009.

* Enquête réalisée par un institut de sondage indépendant pour Robert Half en décembre 2017 auprès de 305 DG et 200 DAF en France.

 

Cet article peut vous intéresserTélétravail trois conseils pour être efficace

Trois conseils d’expert pour télétravailler avec efficacité

L’annonce vient de tomber, vous allez pouvoir télétravailler. Comment préserver ou optimiser le travail collaboratif face à l’angoisse des uns et la fébrilité des autres ? Lire