Les Français et le télétravail : oui, mais…

D’après une récente enquête conduite par Randstad, deux personnes sur trois sont favorables au télétravail. Pourtant, sur le terrain, la mise en place du travail à distance ou en lieu partagé peine à se mettre en place et concerne un peu plus d’un salarié sur cinq.

64% des Français aimeraient télétravailler

À la question* « aimeriez-vous télétravailler », les sondés interviewés dans le cadre de l’étude Randstad Award ont largement répondu « oui » (64%).

Mais 35% aimeraient télétravailler occasionnellement ; 17% apprécieraient de travailler à distance un nombre de jours fixes par semaine et 12% seraient prêts à déserter leurs bureaux tous les jours ouvrables.

Le francais et le teletravail etude randstad FRANCE 2016

« Avec près des deux tiers de réponses positives, les salariés expriment clairement un intérêt croissant pour leur qualité de vie au travail, et le télétravail contribue directement à préserver l’équilibre des temps de vie. La jeune génération, plus que tout autre, aspire à concilier sphères professionnelle et privée. Les moyens technologiques – comme la visio-conférence, le cloud, les smartphones et autres tablettes tactiles – facilitent la mise en place du télétravail », commente François Béharel, Président du groupe Randstad France.

Aujourd’hui, seulement 16% des Français télétravaillent

François Béharel_BDAlors que 64% des sondés se disent favorables au télétravail, seulement 16% des employés travaillent déjà à distance.

« En France, les principaux freins à la mise en place du télétravail sont liés à la culture du présentéisme et au besoin de contrôle exprimé par les managers » indique Sébastien Buffet, porte-parole chez Randstad.

Mais, et l’enquête conduite par Ranstad Award le confirme, les salariés sont eux-mêmes peu enclins à couper le cordon puisque « 52% des collaborateurs attirés par le télétravail accepteraient ce mode de fonctionnement à titre occasionnel ou à mi-temps ».

Pour François Béharel, « cette interaction participe à la fois à la construction d’un sentiment d’appartenance, mais aussi favorise la circulation de l’information. Ces deux notions sont nécessaires à l’alimentation de la motivation des employés ».

 

Productivité, gain de temps : le télétravail en trois chiffres

Le télétravail diminue l’absentéisme (5,5 jours d’arrêt en moins par télétravailleur) et le temps de travail est augmenté de 2,5%. Enfin, une personne qui travaille à distance est 22% plus productive que l’un de ses homologues présent au bureau.**

Mais, développe Sébastien Buffet, « le risque de blurring auquel toute personne équipée d’outils de connexion à distance est exposée, en télétravail ou non se pose aujourd’hui». En 2017, le nouveau droit à la déconnexion va, certes, chercher à recadrer les temps de travail pour préserver la vie privée des collaborateurs. Mais quels outils d’aides à la déconnexion les entreprises vont-elles mettre en place dans les mois à venir ?

« En principe, c’est au manager de veiller à cet équilibre » ajoute Sébastien Buffet. « Mais tout le monde n’est pas apte au télétravail, le responsable doit savoir faire la part de choses et être capable d’évaluer le temps passé sur les missions. Pour quantifier le travail, il doit mettre en place des critères précis ».

L’assistanat et le télétravail

Il est délicat d’aborder le télétravail lors d’un entretien d’embauche

Si quelques grands groupes ont ajouté dans leur accord d’entreprise les métiers de l’assistanat à la liste des postes éligibles au télétravail, les managers des assistantes/ts restent décisionnaires.

« L’accord des managers dépend des missions confiées aux assistantes et de leur possibilité ou non de pouvoir les traiter à distance, mais aussi du degré de confiance et de responsabilité de chacun » précise Sébastien Buffet.

Enfin, et dans le cadre d’une recherche d’emploi « il paraît délicat d’aborder le télétravail lors de l’entretien d’embauche. Il est important, avec tout, de gagner la confiance de ses collègues et managers ».

Alors les Français vont-ils peu à peu pouvoir télétravailler et avoisiner les 25-30% atteints dans les pays anglo-saxons ? Oui, mais…∎

* Étude réalisée sur la base de questionnaires administrés en ligne par l’institut d’études scientifiques ICMA Group, sur un échantillon représentatif de 1 148 Français, actifs ou potentiellement actifs, âgés de 18 à 65 ans

** Source : « Le télétravail dans les grandes entreprises françaises : comment la distance transforme nos modes de travail ». Synthèse remise au ministre charge de l’Industrie, de l’Énergie et de l’Économie numérique.

logo-randstad_s

Le Groupe Randstad France fait partie du Groupe Randstad, deuxième acteur mondial sur le marché des ressources humaines, fondé aux Pays-Bas en 1960. En 2015, le groupe (3 500 collaborateurs-trices) aura délégué chaque semaine 61 000 collaborateurs intérimaires et recruté 32 500 professionnels en CDI/CDD, en s’appuyant sur son réseau national et local de 740 agences et bureaux. Randstad, qui est engagé depuis plusieurs années dans la lutte contre les discriminations, est la seule entreprise française de services en Ressources Humaines à avoir obtenu les labels « Égalité Professionnelle » (octobre 2008) et « Diversité » (janvier 2009), en reconnaissance des actions menées en faveur de la promotion de la Diversité au sein de l’entreprise.

trait gris