Les langues, l’anglais et moi… ça fait trois. Je m’y mets !

Dans les métiers tertiaires, 3 personnes sur 5 communiquent dans une langue étrangère ou devraient pouvoir le faire. Dans l’assistanat, 4 offres sur 5 exigent un bon niveau en langue et 90% des postes à pourvoir mentionnent l’anglais. Are you fluent in English, in Spanish, in German? Quelles que soient votre réponse et la langue maîtrisée, découvrez avec Damien Augier comment améliorer vos performances et financer votre projet de formation.

Tant qu’à suivre une formation en langue,  autant qu’elle soit efficace

En marge du volet « financement » (il sera évoqué ci-après), le choix du mode d’apprentissage d’une langue étrangère doit être pris au sérieux.

« Quand on suit des cours particuliers ou collectifs en langue le bilan s’ouvre sur deux réalités : soit le cours privé est parfait, mais le tarif horaire est élevé ; soit le cours partagé repose sur un programme fixé à l’avance peu adapté aux besoins des participants », explique Damien Augier, Directeur France de Boa Lingua Séjours Linguistiques.

« Si vous avez testé les cours à distance, et à moins d’être hyper motivé/e et assidu/e, le résultat final est plus ou moins probant ». En cause : les programmes, les connexions plus ou moins complexes, la disponibilité ou plutôt le manque de disponibilité des apprenants…

Reste, l’immersion ! De prime abord, ça peut paraître simple. Mais sur le terrain, précise Damien Augier, « le secret de la réussite active d’autres leviers : comme le choix du pays d’accueil en fonction des objectifs visés, la qualité de la formation proposée sur place et le mode d’hébergement ».

Voyager pour apprendre et non voyager tout court

Tout d’abord, explique Damien Augier, « tous les parcours de progression dans une langue sont différents. Selon ses besoins et son niveau de départ, chaque personne doit pouvoir suivre une formule adaptée. Une fois ces deux points identifiés de façon précise, l’apprenant est dirigé vers l’institut en langue adapté à son profil ».

À partir de là, poursuit-il « chacun suit des cours selon le rythme décidé en amont : matin, après-midi, journée complète et les cours sont adaptés aux besoins : monde des affaires, finances, commerce ».

Damien-Augier_Directeur Boa Lingua France-Faire de l’anglais une compétence recherchée

Pour les assistantes, la formation « English for PAs and secretaries » est spécialement conçue pour élever votre niveau dans tous les domaines attendus dans la profession.

Dans les pays anglo-saxons, précise Damien Augier «  un PA occupe un poste clé dans l’entreprise. La formation, de haut niveau, inclut toute la gamme des compétences indispensables à ce poste : accueil téléphonique, traitement des visiteurs y compris celui des clients difficiles, rédaction des documents propres aux activités d’assistanat de direction et documents clés des entreprises. Afin d’être à l’aise en toutes circonstances, le vocabulaire étudié aborde l’anglais des affaires, mais aussi celui de l’actualité ou de la vie culturelle ».

Financer sa formation

« Toutes les fois où la formation suivie va apporter à l’entreprise un retour sur investissement, elle peut être prise en charge sur le plan de formation annuel » explique Damien Augier. Mais, ajoute-t-il : « c’est à la personne de prouver l’utilité de cet investissement » !

Vous cherchez un emploi ? La preuve sera aisée à apporter si vous justifiez d’un fort niveau de compétences techniques, une bonne expérience métier et des capacités linguistiques en dessous de celles exigées. A vous de choisir parmi les offres du marché, une formation éligible au CPF. Celles de Boa Lingua le sont, d’autres aussi.

Maintenant, Damien Augier multiplie les exemples d’assistantes qui partent, chaque année, en formation à travers le monde pour parfaire leurs connaissances. Dans le nombre, il cite la secrétaire d’un groupe financier en relation avec les associés étrangers de sa direction. Pour communiquer avec eux sans entacher la réputation de son entité, elle a effectué plusieurs séjours linguistiques et son niveau est passé de zéro pointé à un très bon degré de maîtrise.

Au passage, ajoute Damien Augier, « notez que la formation se déroule souvent sur une partie des congés annuels des participants. Une façon de faciliter les négociations avec son manager ».

Combien ça coûte ?

« Pour faire face à la crise, des écoles étrangères se positionnent aujourd’hui sur des prix 15% moins cher que le marché habituel. Ce qui porte à 450€ environ un séjour d’une semaine avec cours en institut et hébergement chez l’habitant » indique Damien Augier.

Bien entendu, ajoute-t-il, « chaque institut sélectionné propose des prestations sérieuses et délivre un certificat accrédité. De retour en France, une validation par une certification en langue (TOEIC, TOEFL, BULATS…) est fortement recommandée car elle est appréciée par les recruteurs français. Quand elle n’est pas imposée, si la formation entre dans le cadre d’un financement du CPF ».

Alors, c’est décidé, demain vous négociez votre premier séjour linguistique ? GO !

© visivasnc – Fotolia.com