Les salariés français champions du monde…

…de l’organisation ? Des contestations ? Que nenni ! Les salariés français sont champions du monde des pauses déjeuner et des animations professionnelles. Faut-il voir ici des retombées bénéfiques pour les entreprises ? Ou bien se dire, d’emblée, que l’on pourrait « performer » dans d’autres domaines ?

Les salariés français champions du monde des pauses déjeuner

Selon l’étude Happiness Index 2018, les salariés français sont bel et bien les champions toutes catégories des pauses déjeuner.

Tous pays confondus, 39% des salariés français prennent une pause d’au moins 30 minutes avec leurs collègues (versus 20% pour les anglo-saxons). Et, bonne nouvelle, la même étude pointe que seulement 14% déjeunent en tête à tête avec leur PC (vs 25% outre-Manche).

Salaries francais champions du monde Photo by rawpixel on UnsplashFaut-il être « heureux au travail » pour « déjeuner avec ses collègues » ?

Au travail, observer les comportements des salariés pendant les pauses déjeuner pourrait être un bon indicateur.

Ainsi, 79% des employés français ravis ou satisfaits de leur travail déjeunent avec leurs collègues, contre 49% de ceux qui se déclarent mécontents ou très mécontents.

Parmi les personnes déjeunant à leur bureau, 39% déclarent être mécontents ou très mécontents de leur travail. 28% sont satisfaits et heureux à leurs postes mais ils écourtent leur pause pour gagner du temps. Or, et selon les spécialistes, les pauses raccourcies et sans échanges se traduisent par une diminution de la productivité dans l’après-midi.

De même, prendre le temps de déjeuner est essentiel pour se déconnecter des écrans et approfondir la relation avec ses collègues.

Les salariés français champions européens des événements extra-professionnels

Les français sont également les champions d’Europe pour la participation à des événements organisés par leur entreprise en dehors des heures de bureau.

Globalement, 32% d’entre eux en moyenne déclarent qu’ils y participent aussi souvent que possible. Dans le même temps, seuls 13% les évitent. Les anglais et les allemands sont, quant à eux, plus réservés. Ainsi 17% des anglais et 19% des allemands les évitent. Ces résultats sont sans doute liés à la culture de ces deux pays, dans lesquels vie professionnelle et vie personnelle se mélangent moins.

Toujours en France, le degré de satisfaction au travail a une forte influence sur ces tendances. 73% des employés qui se déclarent heureux dans leur travail participent le plus souvent possible à ces événements, contre 28% pour ceux qui se déclarent mécontents.

À noter que parmi les salariés français, ceux de la génération Z (18-21 ans) sont les plus réceptifs à ces événements. 56% d’entre eux y participent aussi souvent que possible, contre 25% pour les Baby Boomers (54-65 ans).

Les français en grande majorité satisfaits de leur job

Les salariés français dans leur grande majorité se déclarent satisfaits de leur job. 86% d’entre eux se disent satisfaits ou très satisfaits. Toutefois, la génération Z (18-21 ans) est clairement la plus satisfaite. 70% d’entre eux se déclarent très satisfaits de leur travail, à comparer à 34% pour les millennials (22-37 ans) et 31% pour les Baby Boomers (54-65 ans).

Globalement, les salariés français ont également de bonnes relations avec leurs supérieurs. 68% d’entre eux déclarent que leur relation est bonne ou très bonne. Mais pas autant que les anglais (72%) et surtout des américains (79%).

Toutefois, logiquement seuls 10% des employés français qui se disent mécontents de leur travail déclarent que leur relation avec leurs supérieurs est très bonne, contre 68% des employés satisfaits.

L’influence de l’identification aux valeurs de l’entreprise

La satisfaction au travail est également liée à l’identification des employés français aux valeurs de leur entreprise.

Alors que globalement seuls 29% des employés français en moyenne se disent en forte adéquation avec les valeurs de leur entreprise (missions et vision), cette proportion passe à 73% pour ceux qui se disent ravis ou satisfaits de leur job, contre 20% pour les employés mécontents ou très mécontents.

Il existe des techniques simples à mettre en place en interne favorisant l’appropriation des objectifs globaux et de la vision d’entreprise.

À propos de Wrike

Wrike est la plate-forme de gestion du travail collaboratif pour les entreprises performantes. La plate-forme Wrike révèle le meilleur des équipes en leur fournissant un espace de travail digital unique comprenant tous les outils, fonctionnalités et intégrations dont elles ont besoin pour réaliser leur transformation digitale. Il associe le management aux tâches opérationnelles, grâce à une veille stratégique sur des indicateurs clés, permettant ainsi d’atteindre l’excellence opérationnelle. Fondée en 2006 et basée dans la Silicon Valley, Wrike est le partenaire de 18 000 organisations, dont Google, Tiffany and Company et Edelman, et de près de deux millions d’utilisateurs dans 140 pays. Pour plus d’informations, rendez-vous : www.wrike.com/fr/.

Photo by Dan Gold on Unsplash

Photo by rawpixel on Unsplash

*étude réalisée en novembre 2018 auprès d’un échantillon représentatif de 1000 employés respectivement en France, en Allemagne, au Royaume Uni et aux Etats Unis, dans des entreprises de plus de 200 employés.