Radio moquette ou bruits de couloir, ça bavarde sec

« Il n’y a pas de fumée sans feu » ! Fort de cet adage, les racontars sur l’entreprise ou ses collaborateurs vont bon train et représentent pour certains de quoi occuper le terrain. Info ou intox, comment couper le sifflet aux bruits de couloir ?

Officialiser les annonces

Pour stimuler les nouvelles positives au détriment de potentiels médisances, les informations importantes doivent être diffusées rapidement.

« Si une rumeur s’est installée, l’officialiser à travers des renseignements exacts va tout simplement la minimiser. Ce qui, au passage, va renforcer la cohésion d’équipe et par conséquent de l’entreprise », explique Noëmie Cicurel, Directeur OfficeTeam & Robert Half Finance & Comptabilité intérimaires.

Désamorcer une rumeur

Un salarié serait mieux payé que les autres ? Il aurait bénéficié d’une promotion injustifiée ? Il bénéficierait d’un traitement de faveur du management ? Face à la multiplication de ce genre de fantasmes, il est primordial de rétablir la vérité ou bien de l’assumer en fonction des cas auprès des concernés.

Noëmie Cicurel ajoute « l’humour peut être un moyen de désamorcer les bavardages, mais il faut surtout rappeler que toute évolution professionnelle est mesurée et réfléchie et surtout accordée par le manager.

Crever l’abcès

Si un salarié est la cible des moqueries et commérages, le risque pour lui est de se sentir en difficulté et de pas oser affronter les propagateurs. Si le problème persiste, il peut se sentir mal, exclu et être moins performant dans son travail sur le long terme. L’option à privilégier pour le manager dans ce cas est l’entretien avec le salarié visé. Cela lui permettra d’indiquer qu’il est au courant de la situation et d’entendre à son tour, le point de vue du salarié.

« L’objectif est de crever l’abcès car nombre de rumeurs ont pour origine des malentendus ou jalousies qui peuvent être réglés assez facilement par un une réponse adaptée et un suivi managérial » conseille Noëmie Cicurel.

Remonter le problème à la direction

Attention, ajoute Noëmie Cicurel, « la rumeur peut vite tourner à l’accusation et prendre des proportions dangereuses pour tout le monde. Il ne faut pas hésiter à faire remonter le problème à sa Direction voire à la Direction des Ressources Humaines pour régler la situation. Le manager pourra ainsi calmer le jeu en ayant une position neutre. Il s’attachera à résoudre les difficultés en s’entretenant individuellement avec chacune des personnes concernées, puis en groupe et en rappelant les règles de l’entreprise ».

trait gris

 

Noemie Cicurel - Robert HalfL’avis d’expert

« Lorsque les rumeurs se propagent rapidement à tous les niveaux de l’entreprise, on peut légitimement croire à un problème plus global comme un malaise palpable des équipes. Dans ce cas précis, réagir est primordial. La direction doit alors prendre ses responsabilités et faire face pour limiter l’impact sur la société, soit en rétablissant la vérité soit en l’assumant. Il ne faut jamais laisser une rumeur s’installer et empoisonner l’ambiance. Une bonne ambiance et le bien-être des salariés sont des gages d’adhésion et a fortiori de performance » rappelle Noëmie Cicurel, Directeur OfficeTeam & Robert Half Finance & Comptabilité intérimaires.

 

À propos de Robert Half

Fondé en 1948, le groupe Robert Half, pionnier du recrutement spécialisé temporaire et permanent, est aujourd’hui leader mondial de ce secteur pour tous les métiers de la finance, de la comptabilité, de la banque, de l’assurance, du juridique et du fiscal, de la technologie et de l’assistanat.

© Tatiana Shepeleva