Résistez à la pression !

Une charge de travail exponentielle, des délais toujours plus courts : le métier d’assistant a aussi ses limites. Quand votre équilibre professionnel ou personnel est fragilisé, osez mettre les barrières qui s’imposent pour résister à la pression.

> Faire face à une pression passagère

Chaque entreprise connaît des périodes de rush. Le lancement d’un nouveau produit, une activité saisonnière ou même l’absence temporaire d’un chef de projet suffit à crisper les marges de manœuvre de chacun.

Situé au carrefour des services et de la hiérarchie, l’assistant reçoit souvent de plein fouet ces tensions passagères. Pour traverser ces zones de turbulences, adoptez une organisation professionnelle au cordeau, et respectez une bonne hygiène de vie (sommeil, alimentation, sport). Vous conservez ainsi votre tonus au bureau, et vos idées au clair.

> Lorsque la pression s’installe dans la durée…

Votre liste de tâches se densifie chaque jour et vous sentez que vous ne parvenez plus à assumer votre charge de travail.

Déculpabilisez et améliorez ce qui relève de votre compétence

Repérez les obstacles qui dépendent de vous (organisation choisie, difficultés à gérer le stress, perfectionnisme énergivore) et tentez d’y remédier. Listez ensuite ce qui ne relève pas de vous : baisse des moyens, concurrence exacerbée, mauvaise ambiance au travail…

Cette démarche toute simple vous permet de prendre du recul sur votre responsabilité d’assistant et d’évacuer le sentiment d’inefficacité qui ronge votre motivation. Vous faites au mieux, avec les outils mis à votre disposition. Vos compétences ne sont pas en jeu !

Lâchez du lest : à l’impossible nul n’est tenu, pas même vous !

Apprenez à dire « non », ou négociez !

Il est 16 h et votre manager vous demande une synthèse pour la réunion de demain 8 h ? Vous savez la chose irréalisable dans un tel laps de temps, et maugréez contre cette nouvelle habitude de votre responsable de vous bombarder de missions de dernière minute.

Apprenez à dire « non » ! Ou négociez au moins pour que l’on vous décharge d’une autre tâche afin d’assurer cette nouvelle production. Vous pouvez aussi respecter les délais impartis, mais en vous autorisant à lâcher du lest sur la présentation. Votre manager repérera les coquilles qui ont échappé à votre vigilance tout en se rappelant qu’un travail bien fait requiert un minimum de temps.

> Trop de pression : ne résistez plus !

Si vous identifiez les symptômes d’un burn-out imminent, n’attendez pas. Alertez votre hiérarchie et envisagez des aménagements : redéfinition de poste, embauche d’un second assistant…

Au besoin, sollicitez un appui psychologique qui vous aidera à prendre du recul sur la situation. L’occasion de refaire le point : « Non, vous n’êtes pas en cause », et « Oui, votre vie ne se résume pas à votre métier d’assistant»!

 

Cet article a initialement été publié sur Kalligo, le Complice des Assistantes

Kalligo sera présent à la 6e édition du Salon Activ’Assistante.

Venez saluer Natacha sur le stand numéro 53.

Exposants salon activ assistante 2015

Alexandre Nestora

© marcosrivero – Fotolia.com