Restauration : un robot réserve votre table…

D’abord testé aux Etats-Unis, le service de réservation d’une table de restaurant par un robot est arrivé en France. Ce service représente-t-il une menace ou une opportunité pour l’emploi des assistantes ?

Patron un robot veut réserver une table !

Déléguer la réservation d’une table à un robot ? Pourquoi pas ! Car lorsque l’on mesure la valeur ajoutée de ce type de tâche, c’est une nouvelle appréciable !

Toutefois, et à force de supprimer le travail dédié aux assistantes, ne risquent-elles pas de perdre leur job ?

Ce n’est pas faux. Mais, ce n’est pas vrai non plus !

Un robot peut cacher des humains…

Un an après le lancement de Duplex aux Etats-Unis, Google Assistant fonctionne plus ou moins bien. Et qui, à votre avis, assiste le Robot ? Des salariés !

Récemment contacté par le New York Time après une douzaine d’essai du service, Google a alors reconnu que 25% des appels sont passés par un employé via un centre d’appel.

Autre précision étonnante : quand un robot lance un appel, 15% des réservations sont finalisées par une personne.

En France, un nouveau métier est-il en passe d’être créé ? Ça ne saurait tarder, si ce n’est déjà fait !

Maintenant, il existe déjà des sociétés qui vous proposent un large choix de restaurants et traiteurs à contacter via leurs plateformes intelligentes… sans passer par un robot. De nombreuses assistantes ont d’ailleurs déjà pu les découvrir lors des workshops et salons organisés par Activ’Assistante.

un robot peut en cacher un autre - activ assistante by reunir - iStockEt les restaurateurs dans tout ça ? Des robots parlent aux robots !

Face au véritable casse-tête que représentent les réservations lancées par les robots et les centres d’appel, les restaurateurs devaient agir.

Bocuse, la Tour d’argent et d’autres restaurants étoilés ont ainsi vite compris que ce millefeuille numérique serait difficile à digérer pour leurs confrères. Actionnaires du channel manager conçu par la startup guestonline.io (depuis peu partenaire Google), ils proposent un service qui s’adresse aux restaurateurs, gère les appels et les plannings de réservation.

Un robot réserve une table de restaurant : menace ou opportunité ?

Côté humain… match nul puisqu’au final, l’application qui libère du temps pour l’utilisateur, crée un besoin de main d’œuvre (non qualifiée ou très qualifiée) une fois l’appel lancé.

Mais sur le volet « impact environnemental », le bilan est probablement plus lourd ! En effet, l’empreinte carbone d’un appel téléphonique classique est moindre comparée au coût engendré par la mise en place de centres d’appel, le développement des programmes et des plateformes…

Ainsi, n’imaginons pas un simple robot derrière une appli, mais la multitude de personnes impliquées, et l’impact final.