Sales cons… les repérer et s’en protéger

En entreprise, le politiquement correct fait loi. Pourtant « un con reste un con, un abruti aussi ». Votre webzine Activ’Assistante peut-il vous recommander le livre « Kit de survie face aux sales cons » ? Oh ! Oui.

Kit de survie face aux sales cons : un titre choc mais des solutions

Pour Robert Sutton, psychologue et spécialiste du fonctionnement des organisations, tout a commencé après la publication en 2007 de son livre « Objectif zéro-sale-con ».

« Je pensais, après cet aparté, reprendre mes travaux sur le leadership, l’innovation et la transformation des organisations. Mon livre a touché un point sensible et le flux régulier de mails reçus sur le sujet a apporté des témoignages édifiants » précise Robert Sutton.

« Au fil du temps, j’ai mis au point des techniques et stratégies pour aider mes interlocuteurs à agir à bon escient. Le « Kit de survie face aux sales cons » présente les meilleurs conseils donnés pour esquiver, supporter, combattre et éjecter les brutes, les traîtres et les connards ».

8000 mails et 1 « Kit » 100% utile

« Mêmes brefs, une insulte, un affront ou un manque de respect peuvent laisser des séquelles plusieurs jours après l’attaque » ajoute Robert Sutton.

« Pourtant, et pour une infinité de raisons, nous sommes tous capables, un jour ou l’autre, d’agir comme un sale con. Car nous sommes tous des connards en puissance, si le contexte s’y prête ».

Au quotidien, un « sale con » peut être occasionnel ou atteindre le statut de « sale con de haut niveau » indique Robert Sutton.

  • Le premier est habituellement chaleureux et respectueux. Sale con occasionnel, il agit de façon stupide, imbécile, idiote et cassante. Ce n’est pas « son jour » (ni le vôtre).
  • Pour atteindre le statut de sale con de haut niveau, le second « fait preuve d’une grande persévérance dans la vacherie, justifie d’un long passé d’épisodes qui a laissé ses cibles humiliées, blessées, démoralisées, avec une image d’elles-mêmes en miette ».

De situation en situation, d’un conseil à l’autre, vous allez trouver les clés pour agir.

Quelle que soit la profondeur de votre mal-être, ou pour aider une personne de votre entourage, vos « sales cons » vont trouver « leur maître ».

Kit de survie face aux sales cons - Robert Sutton - Activ AssistanteDes techniques simples à mettre en oeuvre

Après avoir appris (eh oui) que vous pouvez vous aussi être « un con occasionnel », découvrez au fil des pages que le sale con qui vous pourrit la vie n’a ni âge, ni statut social, ni fonction. Il est partout.

Autre découverte, les circuits du plaisir s’allument dans les cerveaux des vrais sales cons. En d’autres mots : ils aiment voir les gens souffrir.

On vous « attaque » à mitraille ? Arrêtez de réponde du tac au tac

Parmi les parades décrites pour contrer les attaques répétées d’une personne agressive, testez la technique du « ralentissement ». Facile à mettre en oeuvre en entreprise, elle vaut son pesant d’or.

Par exemple, lorsque vous êtes harcelé(e) de mails par un interlocuteur vindicatif et irrationnel.

Il ou elle vous écrit, de jour comme de nuit et le burn-out vous guette ? Répondez demain, ou après-demain, ou plus tard encore. Il va vous rappeler à l’ordre par téléphone ou en face à face ? Pas sûr !

En espaçant vos réponses vous prenez de la distance, vous gardez ou retrouvez votre self contrôle. Sur le vif, la méchanceté appelle la méchanceté.

Petit à petit, vous « éduquez » votre interlocuteur. Peu à peu, le plaisir qu’il ressent à vous harceler s’estompe. Pour se nourrir,  il a besoin de tac au tac, de réponses mordantes pour mordre à son tour. Quand il veut écraser un interlocuteur, il attend des excuses et justifications pour se sentir fort.

Pour aller plus loin, trouver des parades, esquiver et vous protéger, contre-attaquer ou partir… ou trouver des solutions, découvrez les premières pages, le sommaire et la table des matières du Kit de survie face aux sales cons 😉

Commander l’ouvrage ? C’est par là !

De mémoire (et j’en reçois des livres !), cet ouvrage se hisse au top 5 de mes préférés en 2018.