Solidarité : les salariés veulent briser la loi du silence

À la veille de la Fête des voisins au travail, une enquête brouille l’image des Français solidaires et remet en question le postulat sur les échanges professionnels. Mais que se passe-t-il dans les entreprises françaises depuis quelques années ? L’heure est venue de se pencher sur un fait marquant : les liens sociaux en entreprise sont en crise. Mais est-ce la fonction des organisations de soigner ce mal du siècle ? Et quel rôle les assistantes de direction et secrétaires peuvent-elles jouer pour redonner du sens au mot solidarité ?

Activ’info : prochaine Fête des voisins au travail,

4 octobre 2018


Un constat alarmant : le travail étouffe notre part d’humanité

Si la Crise frappe nos porte-monnaie, elle frappe aussi nos esprits et altère, au passage, nos relations avec autrui.

Par peur sans doute, et en dehors du bavard de service connu (et fui) de tous, chacun mesure ses paroles ou évite les sujets sensibles. Au nom du politiquement correct, on cache nos ressentis et des pans de nos vies : divorce, maladie, décès d’un proche, succès d’un enfant, difficultés rencontrées, même professionnelles, même mineures… Tout est net, sans bavure, aseptisé.

Ce faisant :

Enquête viavoice relations au travail fête des voisins au travail> 4 salariés sur 5 estiment que les relations humaines au travail se sont DÉGRADÉES (contre 74% en 2013). Un sentiment plus fortement partagé par les catégories de population les plus âgées (90% des 50 ans et plus, contre 74% des 18-34 ans).

> 89% considèrent qu’il devient URGENT d’améliorer les relations humaines au travail. Un sentiment là aussi exacerbé chez les actifs de 50 ans et plus avec 92% d’entre eux qui mettent en avant l’urgence de la situation (contre 85% des 18-34 ans).

> 90% jugent qu’il est IMPORTANT d’améliorer la solidarité au travail. Un sentiment plus fortement partagé par les femmes (93% contre 86% des hommes) mais aussi par les actifs ayant le plus d’expérience (95% des 50 ans et plus, contre 86% des 18-34 ans).