Télétravail et bilan bénéfices risques

En hausse de 50 % par rapport à 2017, le télétravail concerne aujourd’hui 30 % des salariés du secteur privé. Zoom sur la 2e édition* de l’étude menée par Malakoff Médéric Humanis et les bénéfices risques du travail à distance.

Les bénéfices du télétravail

Dirigeants et salariés soulignent les bénéfices du télétravail. Pour les managers, les télétravailleurs sont plus autonomes, plus responsables et s’engagent plus. Ce qui a un impact tant sur le plan professionnel que sur le plan personnel.

Pour 79 % des responsables et 89 % des salariés, le télétravail génère une plus grande efficacité. De même, 1 dirigeant sur 2 considère que le télétravail concourt à la diminution de l’absentéisme. Pour leur part, 77 % des télétravailleurs apprécient ce dispositif car il améliore leur qualité de vie au travail.

Télétravail et bien-être au travail : info ou intox ?

Selon les télétravailleurs interrogés, le nombre de jours idéal est de 6,7 jours par mois. Un chiffre très proche de la pratique effective de 7 jours. D’une manière générale, les bénéfices du télétravail sont plus forts lorsque la pratique est comprise entre 1 et 2 jours.

Le domicile est le choix de lieu privilégié par les télétravailleurs (92 %). Néanmoins, moins d’un télétravailleur sur deux (45 %) dispose d’un espace dédié. Suivent les bureaux mis à disposition par les entreprises (35 %), ou des tiers lieux (espaces de coworking, cafés) (21 %).

Les conditions de travail des télétravailleurs sont d’ailleurs un sujet de préoccupation pour leurs responsables. Ainsi, 54 % d’entre eux déclarent avoir des difficultés à évaluer l’hygiène et la sécurité des lieux. De même, 31 % estiment que l’absence d’un espace adapté peut contribuer à dégrader la santé physique des télétravailleurs (mauvaises postures, sédentarité…).

Cependant, il est intéressant de noter que les raisons invoquées par les dirigeants qui ne proposent pas le télétravail – alors même que leur activité est compatible – sont liées :

  • à la sécurité des outils informatiques (45 %),
  • à la résistance des managers (31 %),
  • et aux contraintes administratives (28 %).

Télétravail et pratiques managériales

Le télétravail est-il un moteur du renouveau des pratiques managériales ? Pour 64 % des dirigeants le télétravail constitue une opportunité de renouveler les pratiques managériales. Toutefois, et si plus des trois quarts des managers qui encadrent des télétravailleurs (83 %) se déclarent favorables à cette forme de travail, 18 % d’entre eux indiquent rencontrer des difficultés lors de sa mise en œuvre.

Enfin, près de la moitié des managers (44 %) craignent aussi que le télétravail entraîne une perte d’une partie de leurs responsabilités, voire une remise en cause du lien hiérarchique (34 %). Quant aux salariés, ils déclarent que le télétravail pourrait freiner leur évolution au sein de l’entreprise (pour 39 % des salariés interrogés). 


L’intégralité de ce dossier est disponible sur Le comptoir de la nouvelle entreprise créé par Malakoff Médéric Humanis pour décrypter les enjeux de l’entreprise liés au capital humain et partager les pratiques émergentes du télétravail.

*Étude de perception Ifop pour Malakoff Médéric Humanis réalisée auprès de 1 604 salariés et 401 dirigeants d’entreprises de plus de 10 salariés du secteur privé – Novembre et décembre 2018